HISTOIRE DE CADEAUX

Contemplez l’image d’Épinal : une froide soirée d’hiver, un fauteuil confortable et, au-delà de vos pieds nus, le crépitement rassurant d’un feu de bois bien sec et sa palette de couleurs chaudes et nuancées. Que manque-t-il à ce paisible tableau ? Un bon livre, c’est évident ! Je vous en propose deux qui combleront votre passion pour l’histoire d’une colonie française unique : notre Nouvelle-France.

 Photo © Louise Trudeau

Deux aventures, qui remontent le cours de l’histoire, mettent en vedette le sergent enquêteur Sébastien Dieulefit dit La Plume, soldat des troupes de la Marine. « Dieulefit – La Nouvelle-France en sursis »  a pour théâtre Québec en 1713, lors d’un long conflit intercolonial qui a bloqué net le développement du pays et généré une foultitude de misères insoutenables. Un Français hante la ville : c’est un huguenot dont la famille a cruellement souffert de la Révocation de l’Édit de Nantes par Louis XIV en 1685. Cet homme crie vengeance et il a son plan : aider de toutes ses forces l’ennemi anglais à s’emparer du Canada.

Dix ans auparavant, à Montréal en 1703, Dieulefit avait fait ses armes de limier en affrontant

« Les Renégats de Ville-Marie ». Toujours dans un contexte de guerre contre l’Angleterre et ses colonies américaines, le sergent avait été appelé à résoudre une intrigue complexe où des trafiquants clandestins, canadiens et néo-anglais, s’étaient associés, malgré le conflit, dans un commerce bien lucratif. Or celui-ci servait d’écran à des manœuvres ennemies dont les visées politiques et guerrières menaçaient la survie même de la Nouvelle-France. Pour dénicher le fil conducteur de cette affaire et la résoudre, Dieulefit s’élança bien au-delà des frontières de la colonie, à l’assaut des contrées sauvages dirigées par la perfide Albion et les Cinq Nations iroquoises alliées.

Ces deux récits, qui constituent des aventures palpitantes, font revivre des pages méconnues de l’histoire de ce temps, véridiques dans la plupart de leurs composantes, qu’il s’agisse de personnages, d’événements, de faits divers, et toujours appuyées sur un contexte aussi précis qu’explicatif. Une connaissance minutieuse de la vie quotidienne et de la langue d’époque a également été un des piliers de ces ouvrages.

L’historien de formation et d’expérience que je suis ne serait jamais approché de la fiction historique en d’autres circonstances et dans des conditions différentes. L’apprentissage de notre histoire par tous les groupes de notre société peut et doit même souvent emprunter ce chemin qui a été le mien dans ces deux récits. L’expérience fut à ce point fascinante et concluante, qu’une troisième aventure de mon sergent à la belle plume verra bientôt le jour.

Vous aimeriez vous offrir les aventures bien historiques de Dieulefit ?  En faire cadeau à un autre passionné, peut-être ? Alors contactez-moi !

JEnsavope suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.